top of page

Les semis de tomates

Dernière mise à jour : 29 avr. 2022




Comme vous le savez, le succès de la récolte de tomate dépend en grande partie de la qualité des semis . Les semer des graines est simple et accessible à tous. Ce n'est vraiment pas difficile, à condition de respecter certains critères.


Le terreau, la lumière, la température, l'arrosage ainsi que la profondeur de semis jouent un rôle déterminant.


Ceux qui cultivent des tomates depuis plus d'un an savent bien qu'on apprend de ses erreurs, au fil du temps, on trouve toujours une solution. Peut-être vous ne verrez rien de nouveau dans notre méthode, mais peut-être cela pourra donner des clés pour quelques uns...


Comme beaucoup de jardiniers, nous cultivons nos plants avec un repiquage intermédiaire en godets individuels ce qui favorise le développement du système racinaire et une mise en place en pleine terre plus tard.


Vous pouvez préparer le terreau vous-même ou l'acheter dans un magasin. L'essentiel est qu'il réponde à certaines exigences :

Il doit être léger, perméable à l'air et à l'humidité afin que le système racinaire des futurs semis y respire facilement. Il est très important qu'il n'y ait pas de parasites ou leurs larves ou œufs dans le sol, ainsi que des agents pathogènes de diverses maladies.

Lors de la culture des tomates, nous avons testé différents terreau, à commencer par des mélanges de terre que nous avons préparés nous-mêmes par le passé à partir de compost, de terre de jardin, de sable, etc.


Maintenant, nous avons trouvé notre préférence, nous utilisons un terreau biologique pour semis de qualité. Pour nous c'est le top! Bien tamisé de structure fine, il contient les oligo-éléments essentiels, la perlite qui assure l'aération du sol ainsi qu'une répartition uniforme et un drainage optimal de l'eau. Nous sommes très satisfaits, les plantes sont fortes et saines.


Pour semer les graines nous utilisons des plaques alvéolées de germination à trous de drainage.

Cela semble être le moyen idéal pour faire pousser les semis - planter chaque graine dans une cellule séparée, ce qui permet au semis de croître et de se développer confortablement sans se faire de concurrence.

En l'absence de telles plaques tout autre récipient peut être utilisé. Des terrines, des godets en plastique, des pots de yaourts, des barquettes plastiques alimentaire : les solutions sont nombreuses. (n'oubliez pas de faire des trous pour le drainage et de désinfecter avant d'utiliser l'équipement - c'est important)

Alors...

Si vous utilisez une terrine, remplir le récipient de terreau humide d'une couche de 5 à 6 cm. (cette couche suffit amplement au développement initial des futurs semis destinés au repiquage) et tasser délicatement la surface avec le plat de la main ou à l'aide d'une petite planche en bois. Y pratiquer des rainures d'une profondeur de 0,5 à 1cm à une distance de 4-5 cm les unes des autres , les graines y sont disposées espacées de pas moins 2 cm et recouvertes de terre. Tasser à nouveau puis arroser en essayant de ne pas déterrer les graines (nous utilisons un pulvérisateur... un accessoire très utile pour les jardiniers).


  • Pour quelle raison nous compactons le terreau lors du semis? Avec cette méthode, toutes les graines seront à la même profondeur et les semis lèverons ensembles. De plus, une litière compacte forcera les racines à surmonter activement la résistance du sol (seront donc plus viable). Si la terre est meuble, certaines des graines iront progressivement plus profondément avec l'arrosage, et certaines, au contraire, s'élèveront plus près du sommet et les semis seront inégaux.


  • Certains jardiniers pensent que la présence de plusieurs trous dans le fond des caissettes n'est pas suffisante pour assurer un bon drainage et qu'il est nécessaire de poser, sous le substrat, un drain de 2 à 3 cm d'épaisseur, composé d'éléments grossiers comme par exemple des petits cailloux, des coquilles de noix... Nous ne faisons pas cela, croyant que si un bon substrat est utilisé, le drainage supplémentaire est facultatif et des trous de drainage suffiront.


  • N'oubliez pas de respecter la profondeur du semis 0,5 – 1,0 cm. Si les graines sont semées trop profondément, il y a un risque qu'elles ne puissent pas germer et pourrissent, ou elles germeront, mais perdront beaucoup de vitalité lors de la germination. Avec un semis moins profond, le système racinaire ne se forme pas correctement et la plante s'avère également faible.


  • Semez par rangs, à l'avenir, vous apprécierez cette méthode de culture des semis. Aération facilitée, éclaicissement, arrosage sont les avantages d'un semis en rangs.


Pour une germination régulière et rapide, il faut certaines conditions. Сouvrir les récipients avec du verre, des couvercles ou un film plastique pour conserver l'humidité jusqu'à la germination.

Gardez la température optimale à 23-25° (peut être placé près d'une source de chaleur), la lumière n'est pas nécessaire à ce stade.


Gardez le terreau légèrement humide (pas détrempé... risque de pourriture des semences), ventilez quotidiennement les cultures, éliminez la condensation de la couverture, sinon de la moisissure peut se former à la surface du sol.

Si les graines sont mises à germer à une température plus basse, alors, au mieux, il y aura des retards, et au pire, la graines peut mourir sans germer. Sous réserve de conditions optimales de température et d'humidité du sol les premières pousses peuvent être attendues 4 à 7 jours après le semis.


L'un des facteurs qui détermine l'apparition des premières pousses est la variété (selon la période de fructification : précoce, mi-saison, tardive). Ces variétés diffèrent non seulement par la vitesse d'apparition et de maturation des fruits, mais également par la vitesse des principaux processus biologiques à l'intérieur des plantes. Les tomates tardives poussent un peu plus lentement. Et cela s'applique, entre autres, à la période de germination.


Au premier signe de germination, dès que de petites boucles apparaissent, enlever le plastique, fournissez une lumière suffisante (une fenêtre ensoleillée ou sous une lumière de croissance) et, pour éviter que les plantules ne s'étirent, il faut immédiatement baisser la température à 18-22 degrés le jour et à 15-16 degrés la nuit. La température optimale avant et après la germination sont des températures différentes, ne l'oublions pas:


Les premiers 5-7 jours (minimum), afin d'éviter l'étirement de la jeune pousse, l'éclairage est recommandé 24 heures sur 24. Si les journées sont ensoleillées et que les plantes reçoivent suffisamment de lumière pendant la journée, vous pouvez combiner la lumière naturelle du jour avec un éclairage artificiel la nuit.

Ou, comme alternative, vous pouvez augmenter les heures de clarté avec une lampe jusqu'à 12-14 heures et éteindre la nuit. Toutes ces options fonctionnent très bien chez nous.

Oui, et un point important : lorsque nous parlons de lampes, il s'agit de lampes de croissance LED ou tube fluo "lumière du jour" à placer au dessus des pousses (nous ne parlons pas de lumières au plafond, ça ne suffit pas).



Parfois, sur les jeunes pousses, vous pouvez voir le petit "chapeau" de la graine (cotylédon).


Cela indique généralement une erreur de semis : semis pas assez profond, sol trop sec, compactage insuffisant avant ou après le semis. N'ayez pas peur après le semis de bien tasser le substrat.


Cela empêchera les téguments de sortir avec les germes et en plus, le compactage du sol éliminera les poches d'air et maintiendra l'humidité près des graines. Si vos germes ont gardé leur cotylédon, ne pas tirer pour ne pas déchirer le nouveau né.

Humidifiez avec une goutte d'eau tiède pour l'imbiber, et après quelques minutes, retirez délicatement le cotylédon avec un cure-dent par exemple. On dit qu'une recette simple et fiable consiste à verser un peu de terre dessus et à les arroser. Dans un jour ou deux, ils sortiront sans "couvre-chef".


L'arrosage doit être délicat, en petites portions d'eau propre, modérément chaude (25-30 degrés) autour du semis. Le sol doit être humide, mais sans excès. Si la terre est excessivement gorgée d'eau, la nuit la température s'abaissant sensiblement par rapport à la journée, les racines cessent de se développer, plus une forte probabilité d'apparition d'infections fongiques auxquelles il n'y a pratiquement pas d'échappatoire.

Pour la culture de la tomate, il existe une règle - il vaut mieux pas assez d'eau que trop.

Après l'arrosage, il est souhaitable d'effectuer un assouplissement peu profond du sol, ce qui empêchera l'apparition d'une croûte en surface qui gêne la bonne respiration du système racinaire. Afin d'éviter l'apparition de maladies, il faut aérer périodiquement les plants.


Pour faire pousser des plantes en bonne santé, nous prônons toujours la prévention. La prévention est un mot magique non seulement de l'encyclopédie médicale, mais aussi du dictionnaire des amateurs de tomates. La prévention permet d'éviter de nombreux problèmes qui peuvent commencer dans les premiers stades de la croissance jusqu'aux maladies en pleine terre plus tard. Semis spacieux, respect des températures optimales de l'air, humidité, arrosage adéquat - ce sont toutes des mesures préventives. Oui, elles sont très simples, mais ne les négligez pas !


Semis agréables et réussis à tous !




308 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page